Césarienne, douleurs secondaires et durée de l’allaitement

L’allaitement sur une période relativement prolongée pourrait réduire la survenue de douleurs chez les femmes qui ont subi une césarienne pour mettre au monde leur bébé, c’est ce que suggère une étude espagnole présentée au congrès EUROANESTHESIA à Genève, le 5 juin dernier

Les chercheurs ont trouvé que les femmes qui allaitaient au moins 2 mois après une césarienne avaient presque 3 fois moins de risques d’éprouver des douleurs persistantes comparées à celles qui allaitaient moins de 2 mois.

La naissance par césarienne concerne environ un quart des naissances dans les pays industrialisés. Il est fréquent que les femmes éprouvent un inconfort pendant plusieurs jours après la naissance, mais d’autres pendant plusieurs semaines, et une femme sur 10 éprouvera un inconfort pendant les premiers mois.

Dans cette recherche, menée à au Centre Hospitalier Universitaire de Séville en Espagne, 185 femmes ayant subi une césarienne ont été incluses.

Elles ont été interrogées sur leur niveau de douleur dans les 24 et 72 premières heures et ensuite 4 mois plus tard, ainsi que sur la durée de leur allaitement.

Résultats

Environ 1 femme sur 4 ( 22,8%) qui ont allaité moins de 2 mois, témoignaient qu’elles éprouvaient encore des douleurs 4 mois plus tard, contre seulement 8,3 % chez celles ayant allaité plus de 2 mois.

Les chercheurs ont alors recherché les autres facteurs susceptibles d’influencer la chronicité de la douleur. Ils ont trouvé que les femmes disposant d’un niveau universitaire souffraient moins souvent de douleurs persistantes que les autres disposant d’un niveau scolaire moins élevé.

Ils ont aussi trouvé que 53,8% des mères allaitantes témoignaient souffrir d’anxiété et que cette dernière pouvait influencer le ressenti de la douleur de la cicatrice, 4 mois après. Moins d’anxiété pouvait conduire à moins de douleur.

Ces résultats doivent être traités avec prudence, d’autant que les auteurs n’ont pas encore publié dans une revue à comité de lecture et doivent donc être confirmés.

Voici de quoi nous encourager toutefois à soutenir l’allaitement dans la durée auprès des mères ayant donné naissance à leur bébé par césarienne et aussi à terme à réduire la survenue d’une césarienne par des arbres décisionnels au cours du travail, ayant montré leur efficacité, tel que le préconisent  A. RAGUSA & al. en 2016

Auteur : Laurence GIRARD

Publié le mardi 13 juin 2017

Pour aller plus loin,