Le Collège de la Médecine Générale proteste contre l’ajournement de l’étiquetage nutritionnel à 5 couleurs

Le Collège de la Médecine Générale proteste contre l’ajournement de l’étiquetage nutritionnel à 5 couleurs.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE du Collège de la Médecine Générale du mardi 25 octobre 2016

A propos du logo nutritionnel ! Pour une bonne éducation à la santé !
Le Collège de la Médecine Générale, CMG, prône les concepts de prévention primaire et d’éducation à la santé. L’état de santé de la population est de plus en plus conditionné par l’environnement. L’InVs précise que 5 à 11% des cancers dépendent en partie ou totalité des facteurs de risque environnementaux. Les facteurs comportementaux dont tabac et alcool sont bien sur positionnés en tête des agents toxiques pathogènes, mais nous savons aussi qu’une alimentation déséquilibrée et éventuellement contenant des toxiques peut engendrer des effets néfastes pour la santé. Les pays anglo-saxons ont pour certains déjà utilisé des marqueurs affichés sur les aliments industriels pour prévenir les consommateurs de la teneur en produits facteurs de risque.

En France le HSCP par sa commission prévention et éducation à la santé a proposé, sur des bases scientifiques et dans une vision de santé publique, que soit mis en place un logo coloriel sur la face avant des emballages des aliments de consommation courante.

Ce système à 5 couleurs (5C, appelé Nutri-Score) développé par une équipe de l’INSERM permet de représenter de façon compréhensible par tous, la qualité nutritionnelle des aliments en relevant leur teneur en sel, graisses, sucres et leur densité calorique.

logo 5 couleurs

L’avis du HCSP a suscité une réaction immédiate de l’industrie agro alimentaire et des grandes enseignes de la distribution, auprès de nombreux ministères, dont ceux de l’agriculture et de la santé. Ils ont obtenu immédiatement gain de cause auprès du ministre de l’Agriculture. Ainsi le système 5C/Nutri-Score est repoussé sous prétexte d’une expérimentation « grandeur nature » à la méthode discutable. De nombreux experts méthodologistes ont démissionné de la commission
devant l’accumulation de conflits d’intérêts, avec l’industrie agroalimentaire de nombreux membres restant dans ce comité. Le Directeur Général de l’INSERM a démissionné du Comité de Pilotage de cette étude financée par les industriels, ce qui ne répond pas aux bonnes pratiques de la recherche scientifique.

Le CMG proteste contre l’ajournement de l’application de l’avis du HCSP sur l’étiquetage alimentaire.
L’expérimentation proposée coutera tout de même la somme de 2,2 millions d’euros (dont1, 2 million d’euros venant du ministère de la santé et de la CNAM !) pour enterrer l’avis du HCSP, au risque de la santé des citoyens.

Le CMG demande que le logo nutritionnel 5C/Nutri-Score soit appliqué immédiatement comme le recommande le HCSP. Ce serait une première approche pour améliorer la qualité des produits alimentaires proposés au grand public et notamment aux populations les plus modestes, premières victimes des produits de faible qualité nutritionnelle.

Le CMG appelle les associations de consommateurs à se saisir de ce sujet. Avec le monde de la recherche, les acteurs de santé du premier recours doivent se mobiliser pour contrer les lobbies qui, sans scrupule méprisent les principes de la bonne santé.

Contacts Presse
Pr. Pierre-Louis Druais, Président
Dr. Marie-Hélène Certain, Secrétaire Générale
Dr. Jean Godard, membre du groupe de travail « cancer et médecine générale »
[email protected]

Publié le mardi 25 octobre 2016

Pour aller plus loin