Allaitement exclusif et diversification à partir de 6 mois toujours recommandé ?

L’allaitement exclusif pendant 6 mois est recommandé par les instances de santé nationales et internationales. Toutefois, donner des compléments de lait artificiel ou même introduire une diversification avant cet âge est fréquent dans de nombreux pays. Et ces dernières années ont vu apparaître différentes controverses sur l’âge idéal d’introduction de la diversification, concernant notamment l’allergie, et durée de l’allaitement maternel exclusif à recommander.

Des recherches ont suggéré que débuter la diversification autour du 4ème mois, tandis que le bébé continue d’être allaité, serait plus protecteur contre les allergies que de la débuter plus tardivement à 6 mois comme recommandé. D’autres études avaient montré que le risque associé avec un allaitement non exclusif dépendait du type d’aliment solide ou de lait introduits.
Une mise à jour dans la Cochrane Database Systematic Reviews fait le point sur cette controverse : Smith HA, Becker GE. Early additional food and fluids for healthy breastfed full-term infants. Cochrane Database Syst Rev. 2016 Aug 30;(8):CD006462.
Cette méta-analyse a inclus les essais randomisés (ou quasi) contrôlés portant sur des enfants de moins de 6 mois et comparant allaitement exclusif versus tout complément solide ou liquide. Les auteurs ont utilisés la méthode GRADE pour évaluer la qualité des preuves. Ils ont inclus 11 essais randomisés incluant au total 2542 couples mère-bébé. 

Qu’ont trouvé les auteurs ?

Donner aux bébés de petites quantités de lait artificiel dans les premiers jours après la naissance en complément de l’allaitement n’a pas d’effet sur le nombre d’enfants allaités à la sortie et augmente de façon très mince le nombre d’enfants allaités encore à trois mois, de façon exclusive ou partielle. Il n’y a pas de différence de confiance maternelle. L’utilisation de lait artificiel avant l’allaitement a un effet faiblement protecteur contre les symptômes allergique à 18 mois comparé aux bébés exclusivement allaités. Toutefois cet essai ne fait pas la preuve de la présence ou l’absence de symptômes allergiques et doit donc être interpréter avec précaution.

 La probabilité que les bébés continuent à être allaités était plus élevée en cas d’allaitement exclusif par rapport aux bébés recevant de l’eau ou de l’eau sucrée dans les premiers jours après la naissance : aucun bénéfice démontré de l’intérêt d’apports de liquides sur la glycémie, la température, la perte de poids.
 
Les bébés allaités diversifiés entre 4 et 6 mois ne montrent pas de réduction du risque allergique alimentaire, pas de réduction de l’eczéma ou de réduction d’entérocolite secondaire à une intolérance à une protéine.
 
Pas de différence entre l’introduction de la diversification à 4 ou à 6 mois en ce qui concerne le nombre de jours de toux, d’atteinte respiratoire, d’écoulement nasale, de fièvre, d’enrouement, de carence en fer ou de prise de poids.
 
Qu’en pensent les auteurs ?
Cette revue de la littérature n’a pas trouvé de preuves suffisantes pour être en désaccord avec les recommandations de l’OMS et des autres instances de santé à travers le monde qui recommandent un allaitement exclusif sans complément liquides ou solides, jusqu’à l’âge de 6 mois.

Et pour la prévention de l’obésité ? Quand doit-on introduire la diversification ?

L’obésité est un problème de santé publique important et sa prévalence s’est considérablement aggravé ces 3 dernières décennies. Or, l’enfance est une période critique pour la prévention de l’obésité car l’impact de la nutrition, des sécrétions hormonales et des autres facteurs induits par l’obésité se programment au cours de cette période, souvent de façon irréversible sur le plan adipeux et métabolique. Plusieurs méta-analyses avaient conclu que l’allaitement comparé à l’alimentation basée sur des préparations pour nourrisson réduisait le risque de surpoids ou d’obésité au cours de l’enfant de 7 à 33%, et que cela était dos-dépendant avec la durée de l’allaitement.

Dans cette étude australienne, Sun C. & al ( The impact of timing of introduction of solids on infant body mass index  J Pediatr. 2016 Dec;179:104-110.e1. ) portant sur 3153 enfants,  les auteurs ont souhaité évaluer l’association entre la durée de l’allaitement exclusif, l’âge d’introduction de la diversification et leur impact sur l’indice de masse corporelle entre 9 et 15 mois.

Les auteurs mettent en évidence que l’introduction de la diversification autour de 5 à 6 mois, comparée à une introduction plus précoce ou plus tardive est plus souvent associée à un indice de masse corporelle normal à l’âge de 1 an, sans lien avec le type d’alimentation à l’âge de 4 mois : allaitement maternel ou alimentation basée sur des préparations pour nourrissons.

Ces dernières publications renforcent les recommandations de l’OMS qui préconisent un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois, poursuivi avec diversification au delà.

 

Auteur : Laurence GIRARD

Publié le lundi 23 janvier 2017

Pour aller plus loin,

Sun C. & al  The impact of timing of introduction of solids on infant body mass index  J Pediatr. 2016 Dec;179:104-110.e1.

Smith HA, Becker GE. Early additional food and fluids for healthy breastfed full-term infants.Cochrane Database Syst Rev. 2016 Aug 30;(8):CD006462.