Effet du peau à peau en suites de couches sur le sentiment de compétence des mères et leur perception de leur production de lait

Cette étude conduite de façon quasi-expérimentale avait pour objet de déterminer l’effet du peau à peau au cours de la période précoce du post-partum sur le sentiment de compétence maternelle et la perception d’une insuffisance de production lactée. C’est la première étude du genre.

Toutes les mères avaient accouché par césarienne dans un hôpital labellisé IHAB, en Turquie, étaient âgées entre 18 et 35 ans, et étaient primipares.

Les mères et les bébés ont été randomisés en 2 groupes :

  • 30 mères/bébé dans le groupe peau à peau et
  • 30 mères/bébés dans le groupe contrôle sans peau à peau.

Tous les bébés avaient un poids de naissance compris entre 2500 et 4000 g, nés entre 37 et 42 SA, et ne présentaient aucun problème de santé, ni problème de succion particulier.

Le sentiment de compétence maternelle a été recueilli à l’aide d’une échelle validée de sentiment de compétence vis à vis de l’allaitement (Dennis CL. 2003) au moment de la sortie de maternité, au 3ème jour de post-partum.
La perception de l’insuffisance de production lactée a été recueillie à l’aide d’un questionnaire spécifique comportant 6 questions (McCarter-Spaulding & Kearney, 2001) au moment de la sortie de maternité, au 3ème jour de post-partum.

  • Dans le groupe « peau à peau » les mères bénéficiaient d’une session de peau à peau, d’une durée de 30 minutes, deux fois par jour, matin et après -midi, dès le premier jour après la naissance, jusqu’au moment de la sortie de la maternité, 3 jours après leur césarienne et étaient informées de la façon sûre de pratique le soin peau à peau ( OMS 2003) en position semi-assise dans leur lit, en prenant soin que le bébé n’exerce pas de pression sur la cicatrice de césarienne et ne recevaient aucun visiteur lors des sessions de peau à peau. Les mères qui rencontraient des difficultés culturelles ou religieuses à la pratique du peau à peau n’ont pas été incluses dans l’étude.
  • Les mères du groupe contrôle bénéficiaient des soins habituels en suite de couches.

Les résultats montrent que les mères du groupe peau à peau avaient des scores de sentiment de compétence maternelle plus élevés et ce de façon statistiquement significative : 65,5+/- 3,95 contre seulement 55,5 +/-7 (p<0,001) et percevaient leur production lactée comme suffisante plus fréquemment que les mères du groupe contrôle : 46,6+/- 3,4 contre 30,17+/-11,37 (p<0,001). Or, il a été estimé que 25 à 35% des mères stoppent l’allaitement à cause d’une perception d’insuffisance de lait (Gatti, 2008) et l’OMS  depuis 2013, considère que la perception d’une insuffisance lactée est un problème de santé publique

Cette étude apporte, pour la première fois, aux équipes de maternité qui utilisent le soin peau à peau en suites de couches pour favoriser le bon démarrage de l’allaitement, des arguments basée sur la preuve pour le proposer aux mères et leur bébé. Le peau à peau en suites de couches, est une méthode d’application facile, sans coût financier et non invasive qui permet aux mères d’augmenter leur sentiment de compétence parental et leur confiance dans leur capacité à allaiter leur bébé, alors qu’elles ont accouché par césarienne.

Auteur : Laurence GIRARD

 

Publié le dimanche 19 janvier 2020

Pour aller plus loin