Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, ESCITALOPRAM et CITALOPRAM et Allaitement – Suisse-France Mars 2020

L’ESCITALOPRAM, commercialisé dans divers pays sous les noms de Lexapro, Cipralex, Sipralexa et Seroplex, est un antidépresseur inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine. L’Escitalopram est utilisé dans le traitement de la dépression et de l’anxiété et prescrit régulièrement à des femmes allaitantes. Le CITALOPRAM est sa forme racémique. Les données sur son excrétion dans le lait maternel étaient hétérogènes et incomplètes. Cette étude multicentrique – France – Suisse a été menée sur 33 patientes qui ont fournit 80 échantillons de sang et 104 échantillons de leur lait afin de combler cette méconnaissance.

Pharmacocinétique

Après l’administration de doses orales entre 10 à 20 mg/j, l’Escitalopram est rapidement absorbée (Tmax de 3 à 4 h) et est caractérisé par un volume de distribution (V) de 18,3l/kg, de clairance orale (CL) de 0,48 l/h/kg  et d’une demi-vie de 30 heures. L’Escitalopram est métabolisé primitivement par le foie en S-(+)-desméthylcitalopram dont la demi-vie est de 50 h. De plus, il existe un polymorphisme génétique des gènes codants pour l’enzyme hépathique de dégradation de l’Escitalopram expliquant de grandes variations plasmatiques du médicament selon les patients.

L’ingestion de d’Escitalopram via le lait maternel pour l’enfant allaité à été reportée comme étant faible : à 3-6% de la dose maternelle ajustée au poids et il en résulte des concentrations plasmatiques en médicament chez l’enfant souvent négligeables. Toutefois,  la dose transférée dans le lait varie grandement entre les individus en ce qui concerne le ratio Lait / Plasma de 1,7 à 2,7 pour l’Escitalopram et de 1,8 à 3,1 pour le S-(+)-desméthylcitalopram. La méthode de recueil du lait, si c’est du lait de fin ou de début d’expression, du lait mature ou du colostrum ainsi que la quantité recueillie, modifie les résultats. En se basant sur ces données de nombreux professionnels de santé recommandent un arrêt de l’allaitement pour éviter des effets secondaires chez l’enfant en dépit des bénéfices apportés par l’allaitement. L’arrêt de l’allaitement est de plus, une source d’anxiété, de déception pour les femmes déjà vulnérables.

Objectif de l’étude :

L’objectif de cette étude était de décrire pour la première fois la pharmacocinétique de l’Escitalopram et  de son principal métabolite en utilisant une modélisation des données de pharmacocinétique de la population des femmes traitées pour dépression en période périnatale.

Les résultats montrent que :

  • Le ratio Lait / Plasma médian est de 1,9 pour les deux métabolites.
  • Une augmentation de la teneur en graisses du lait est associée à un transfert significativement plus important de + 28 % pour l’Escitalopram et de + 18 % pour son métabolite, quand la quantité de graisses du lait double et passe de 3,1 g à 6,2 g / 100 ml.
  • Les simulations suggèrent qu’un enfant exclusivement allaité pourrait ingéré quotidiennement au travers du lait en moyenne 3,3% de la dose reçue par la mère ajustée au poids d’Escitalopram.

Les auteurs concluent que la variabilité modérée de concentration d’Escitalopram dans le lait et l’exposition limitée des enfants allaités au médicament à travers le lait observée devrait fournir des données rassurantes pour pouvoir traiter des mères allaitantes des enfants en bonne santé.

Auteur : Laurence GIRARD

Publié le vendredi 17 avril 2020