Lait maternel, développement du cerveau et devenir neuro-cognitif à 7 ans d’enfants prématurés nés avant 30 semaines.

Parue dans le Journal of Pediatrics de juillet 2016, cette étude australienne montre une corrélation entre la quantité de lait maternel reçue au cours des 28 premiers jours de vie, et le devenir à terme équivalent sur le plan anatomique, et sur le plan cognitif  à 2 et  7 ans, d’enfants nés très prématurément.

A terme équivalent, les noyaux profonds de substance grise sont d’autant plus développés que la quantité de lait maternel reçue par l’enfant est plus grande. Et cette association persiste après ajustement avec les facteurs de risques sociaux ( Modèle 1) et avec les marqueurs de pathologies néonatales ( Modèle 2). Il n’y a aucun changement dans l’association, en ajoutant la prise de poids comme facteur (Modèle 3). Il en va de même pour le volume cérébral.

Belfort1

Il existe à 2 ans une association entre la quantité de lait maternel reçu et le score de Bayley.

A 7 ans, il existe une association positive concernant le QI ( + 0,5 point ), identique quelque soit le modèle d’ajustement, une association concernant le QI verbal et le QI  Performance, la résolution de problèmes mathématiques et la mémoire de travail  avec chaque jour supplémentaire d’une alimentation où le lait maternel prédomine à plus de 50%; les fonctions motrices sont également améliorées.

belfort2

Les auteurs concluent que leurs résultats confortent les recommandations internationales qui promeuvent l’alimentation du prématuré sur la base du lait maternel.

Publié le samedi 27 août 2016