Peau à peau à la naissance et analyse des échecs de tétée : une étude française

Une étude française ( CHRU Jeanne de Flandre Lille), publiée dans Breastfeeding Medecine au mois d’avril 2016, met en évidence les différentes interruptions du contact peau à peau à la naissance entre la mère et son bébé, et leur éventuel retentissement sur le fait que le bébé effectue ou pas sa première tétée dans les 2 heures suivant la naissance.

Les auteurs ont observé 30 couples mères-bébé à la naissance (10 ayant accepté d’être filmées) qui avaient choisi d’allaiter leur bébé avant d’accoucher, et noté les interruptions du peau à peau : en moyenne le peau à peau était interrompu 1,7 fois, et dans 56,7% des cas, 2 fois.

La première interruption survenait en moyenne à 42 minutes et pour 59,2% des bébés avant la première tétée, survenant en moyenne à 45 minutes de vie, alors que tous les bébés étaient placés dans les 2 premières minutes de vie en peau à peau avec leur mère.

Les nouveau-nés montraient en moyenne des comportements d’initiation de la tétée à la 27 ème minute de vie.

Sur les 30 bébés, 7 n’ont jamais effectué de tétée dans les 2 heures. Chez ces bébés, le peau à peau avait été interrompu de façon statistiquement significative plus tôt, lors de la 2ème interruption ( 29 vs 69 minutes, p < 0,05), et lors de la 1ère également, mais de façon non statistiquement significative ( 14 vs 50 minutes, p = 0,11)

Les auteurs concluent que leur étude montre un lien entre la précocité de l’interruption du peau à peau et l’absence de tétée dans les 2 premières heures de vie. Ils recommandent de différer tous les soins non-urgents tels que la pesée et les soins de cordon afin d’éviter d’interrompre le peau à peau entre la maman et son bébé.

En soulignant l’intérêt à suivre les recommandations de la HAS et de l’OMS de ne pas interrompre le peau à peau à la naissance au moins jusqu’à la 1ère tétée, ils montrent aussi la difficulté des équipes, bien que motivées, à établir de façon pérenne ce changement de pratique.

Publié le samedi 28 mai 2016