Peau à peau et vaccination : bénéfices pour la mère !

Cet essai randomisé contrôlé portant sur 128 couples de mères et bébé lors de la vaccination contre le virus de l’Hépatite B du bébé âgé de 1 mois a été mené en Turquie. Tous les bébés étaient de poids normal ( PN compris entre 2 500 et 4 000g) et aucune des mères ne présentait d’antécédents psychiatrique, la croissance des bébés a été monitorée et était normale.

Aucun couple mère-bébé n’avait eu d’expérience du peau à peau à la naissance.

Les couples mère-bébé ont été répartis de façon randomisée en 2 groupes distincts :

  • 64 couples mère-bébé dans en le groupe Intervention : le peau à peau était débuté 5 minutes avant l’injection et poursuivi 15 minutes après l’injection, le bébé vêtu seulement d’une couche, d’un bonnet, et la mère installée en position semi-assise.
  • 64 couples mère-bébé dans le groupe contrôle : Les mères et les bébés ne bénéficiaient pas d’un peau à peau mais malheureusement les autres conditions ne sont pas clairement décrites dans l’étude.

L’auto-questionnaire State-Trait-Anxiety Inventory (Spielberg 1964) est reporté dans les deux groupes, avant et après l’injection.

Les mesures de la saturation en oxygène maternelle ainsi que le rythme cardiaque maternel sont reportées 5 min avant, au cours de l’injection et à la 3ème minute après

Les résultats montrent que :

  • Les mères ayant leur bébé en peau à peau ont des scores d’anxiété moindre par rapport aux couples contrôles, après la vaccination.

  • Les mères ayant leur bébé en peau à peau présentent une meilleure saturation en oxygène que celles n’ayant pas leur bébé en peau à peau, après la vaccination.
  • Leur rythme cardiaque comparativement à celui des mères n’ayant pas leur bébé en peau à peau, est également plus bas après la vaccination qu’avant.

Ainsi, le peau à peau diminue l’anxiété maternelle liée à la vaccination du bébé et améliore la fonction cardiaque maternelle pour faire face au stress de cette vaccination.

Les auteurs font l’hypothèse pour expliquer ses résultats que l’ocytocine dont on sait qu’elle est produite aussi par la mère ou le père lors du peau à peau, aide l’organisme maternel à bloquer les réponses du système sympathiques et les sécrétions des hormones du stress telles que le cortisol, accélérateur cardiaque, vaso-constricteur et dont il a été bien montré que la sécrétion était associée à l’anxiété.

Une nouvelle piste pour faciliter la vaccination des tout petits  et son acceptation par la mère !

Auteur : Laurence GIRARD

 

Publié le mercredi 25 mars 2020