Peau à peau précoce et allaitement maternel : dernière méta-analyse Cochrane – Nov 2016

Les auteurs ont cherché à savoir si le contact peau à peau immédiat ou précoce avait un effet sur l’établissement et la poursuite de l’allaitement et la physiologie néonatale, comparativement à des soins standards.

Cette méta-nalyse  a porté sur des essais contrôlés randomisés comparant le peau à peau immédiat ou précoce avec les soins hospitaliers habituels.

38 études incluant 3472 mères ont été analysées. La plupart des études comparait un peau à peau précoce, dans les 10 premières minutes de vie avec des soins standards. 8 études portaient sur des couples mères-bébés ayant subi une césarienne et 6 études portaient sur des bébés bien portants mais nés à 35 SA ou plus.

  • Plus de femmes ayant bénéficié d’un contact peau à peau à la naissance avec leurs bébés allaitaient encore un à quatre mois après l’accouchement (14 études, 887 femmes, preuve de qualité modérée)
  • Les mères ayant bénéficié d’un contact peau à peau à la naissance allaitaient leurs bébés plus longtemps, en moyenne, plus de 60 jours de plus (six études, 264 femmes, des preuves de faible qualité).
  • Les bébés ayant bénéficié d’un contact peau à peau à la naissance étaient plus susceptibles de réaliser avec succès leur première tétée au sein (cinq études, 575 femmes).
  • Les bébés qui bénéficiaient d’un contact peau à peau à la naissance avaient des taux de glycémie plus élevés (trois études, 144 femmes, des preuves de faible qualité), mais une température similaire aux bébés avec des soins standard (six études, 558 femmes, des preuves de faible qualité). Mais les auteurs stipulent avoir trop peu de bébés inclus dans ces études, qui plus est de qualité de preuve trop basse pour très confiants dans ces résultats.
  • Les femmes qui accouchent par césarienne peuvent bénéficier du contact peau à peau précoce, car plus de femmes, parmi celles étudiées, allaitaient avec succès et allaitaient toujours à un à quatre mois (quatorze études, 887 femmes, preuve de qualité modérée), mais il n’y avait pas assez de femmes étudiées.

Les auteurs stipulent n’avoir trouvé :

  • aucun avantage clair au contact peau à peau immédiat plutôt qu’après que le bébé ait été lavé et examiné. 
  • aucun avantage clair pour une durée supérieure à une heure par rapport à moins d’une heure.
  • et précisent que des études futures avec plus de mères et de bébés pourraient aider à répondre à ces questions de façon claire.

Dans ces études, le peau à peau était défini de différentes façons et différentes échelles et périodes de temps étaient utilisées pour mesurer les différents résultats. Les femmes et le personnel savaient qu’elles étaient étudiées, et les femmes des groupes de soins standard avaient des niveaux variables de soutien à l’allaitement maternel. Ces différences peuvent entraîner une grande variation dans les résultats et des preuves de faible qualité.  De nombreuses études présentaient peu d’effectifs et moins de 100 femmes y participaient.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Les données mises à jour de cette méta-analyse soutiennent l’utilisation du peau à peau immédiat ou précoce pour promouvoir l’allaitement maternel.

C’est important parce que nous savons que l’allaitement aide les bébés à éviter les maladies et à rester en bonne santé.

Les femmes qui accouchent par césarienne peuvent bénéficier du peau à peau précoce, mais nous avons besoin de plus d’études pour le confirmer.

Nous ne savons toujours pas si le peau à peau précoce pour les nourrissons en bonne santé les aide à faire une adaptation extra-utérine plus en douceur après la naissance, mais de futures études de bonne qualité peuvent en améliorer notre compréhension.

Malgré nos inquiétudes quant à la qualité des études, et puisque nous n’avons trouvé aucun effet délétère dans les études incluses, nous concluons que les données soutiennent que le peau à peau précoce devrait être une pratique de routine pour les nouveau-nés en bonne santé, y compris ceux nés par césarienne et les bébés nés à partir de 35 semaines.

Auteur : Laurence GIRARD

Publié le vendredi 9 décembre 2016

Pour aller plus loin

Moore ER, Bergman N, Anderson GC, Medley N. Early skin-to-skin contact for mothers and their healthy newborn infants. Cochrane

Database Syst Rev. 2016 Nov 25;11:CD003519.

Pour accéder à la meta-analyse complète