PNNS 2018-2022 : objectifs quantifiés – Avis du 9 février 2018

Avis relatif aux objectifs quantifiés pour la politique nutritionnelle de santé publique (PNNS) 2018-2022

 

Le Haut Conseil de santé publique a publié le 6 novembre 2018 un rapport sur la politique nutritionnelle pour le prochain cycle du PNNS 2018-2022.

Cet avis le complète en proposant des objectifs quantifiés et des indicateurs permettant d’évaluer les résultats de la politique nutritionnelle sur cette période, en termes d’amélioration de la qualité des apports et du statut nutritionnel de la population ainsi que la réduction des niveaux d’exposition à divers risques.

Ces objectifs quantifiés sont ambitieux mais ont été considérés comme atteignables sous réserve d’une politique nationale nutritionnelle de santé publique à la hauteur des enjeux, intégrant des mesures et des actions fortes recommandées dans ce rapport du 6 novembre sur le futur PNNS. Il est important que ces actions agissent au niveau de l’individu mais également de l’environnement alimentaire et d’activité physique.

Les évolutions observées au regard des précédents objectifs du PNNS, ont montré que si le statut nutritionnel de la population s’améliore en moyenne pour certains indicateurs, leur niveau stagne en revanche pour les populations défavorisées. le HCSP a par conséquent clairement défini les objectifs dans le but de lutter contre les inégalités sociales de santé dans ce champ.

Au total, les objectifs retenus portent sur les 12 repères alimentaires spécifiques du PNNS, l’activité physique et la sédentarité, la prévalence du surpoids et de l’obésité et de la dénutrition et la pratique de l’allaitement.

Ainsi cet avis fixe ainsi les objectifs se rapportant à l’allaitement maternel comme suit :

Promouvoir l’allaitement maternel, dans le respect de la décision de la femme, de sorte à :

  • Augmenter de 15 % au moins, le pourcentage d’enfants allaités à la naissance pour atteindre un taux de 75% d’enfants allaités à la naissance.
  • Allonger de 2 semaines, la durée médiane de l’allaitement total (quel que soit son type), soit la passer de 15 à 17 semaines.
Publié le lundi 26 mars 2018