Association entre médicaments au cours du travail et compétences du nouveau-né dans la 1ère heure de vie

Cette étude, parue en décembre 2015 dans la revue Birth,  tente de faire le clair sur une éventuelle association entre le fentanyl administré par voie péridurale, l’utilisation d’ocytocine synthétique en cours de travail et leurs effets sur les compétences du nouveau-né au cours de la 1ère heure de vie,  alors que des études antérieures ont montré des résultats contradictoires.

Cette étude auprès de 63 dyades mères-bébé à bas risques, observées pendant 1 heure par video ( PRECESS Method )après la naissance, a été menée dans un hôpital de l’ouest des USA réalisant approximativement 2500 naissances par an. L’analyse du comportement des bébés s’est faite selon les 9 étapes décrites par Wiström & al. en 2011.

brimdyr2015

Les résultats montrent que :

  • les mères qui reçoivent conjointement du fentanyl via la péridurale et de l’ocytocine synthétique ont des quantités moyennes de fentanyl élevées (264,45 mcg), pour peut-être couvrir leurs besoins en analgésie.
  • Il existe une association inverse entre le taux de fentanyl reçu par la mère et le fait que le bébé effectue l’étape 8 de la classification de Widström & al. : celui de la tétée
  • Il existe une association inverse entre la durée de l’analgésie par péridurale et le fait que le bébé effectue la tétée ( étape 8 )
  • Il existe une corrélation inverse entre utilisation d’ocytocine synthétique  et le fait que le bébé effectue la tétée.

brimdyr2015_2

brimdyr2015_3

Les auteurs concluent que l’exposition de la mère, au cours du travail,  à de fortes doses de fentanyl et d’ocytocine synthétique, diminue de façon significative la probabilité pour le bébé de téter au cours de la première heure de vie, alors qu’il est placé en contact peau à peau contre sa mère, et que les mères devraient être informées de cette éventualité.

Publié le mardi 26 juillet 2016

Pour accéder à l'intégralité de cette publication

Cette publication est en accés libre sur le site de la revue BIRTH en cliquant ici